Tout-inclus dans le Nord

by dhdaines

J’ai enfin essayé une des sorties de ski de fond la Boutique Courir.  Alors que dans la région de Montréal une triste dizaine de centimètres de neige gisait au sol, dans le parc des Laurentides il y avait presqu’un mètre.  Étant donné que, avec la voiture et le billet de ski, ça me coûte déjà environ 40$ pour skier au parc du Mont St-Bruno (la seule place proche d’ici qui a réussi à ouvrir tous ses sentiers), un petit 59$ TTC pour aller skier près de Québec ça allait de soi.

Le problème, bien sûr, c’est que Québec, c’est loin.  Je suis parti à 6h15 de la maison et j’ai pris la 30 jusqu’à Berri-UQÀM où j’ai rencontré 4 ou 5 autre skieurs sur le quai de la ligne Jaune.  Une bonne quinzaine attendaient déjà à Longueuil.  Il faisait un beau -12 degrès avec un peu de neige quand on embarquait sur l’autocar.

DSC_2393.jpg

… trois heures plus tard …

DSC_2409.jpg

En fait c’est l’après-midi…

Non mais le trajet d’autobus a été assez sympathique.  Il venait même avec un petit jus et muffin.  J’ai vu Jean Robert du CVRM et on a jasé un peu vélo et ski.  J’ai tout essayé pour m’endormir mais ça n’a marché que sur la partie la plus belle du trajet… juste avant qu’on arrive au Camp Mercier.

J’ai souvent entendu que le seul vrai atout de ce centre de ski est qu’il reçoit des immenses quantités de neige, et j’ai été un peu déçu qu’il a été choisi au lieu du Mont Ste-Anne.  Le chalet d’accueil est quand même très … accueillant, avec une immense salle de fartage et même des fers fournis (mais aucune idée comment y régler la température car il s’agit de vulgaires fers à repasser!).  Ayant déjà préparé mes skis la veille je suis sorti tout de suite pour faire un peu de pas de patin, question de me “réchauffer” car il faisait environ -16.

J’avais pensé que, après une bonne centaine de kilomètres de ski à roulettes les derniers mois, le pas de patin sur des vrais skis de neige serait assez facile.  Et ça marchait, plus ou moins.  L’équilibre était très bon et j’ai bien réussi le pas de un sur le plat, même si la neige ne glissait pas vraiment bien.  Mais voilà que j’ai constaté que grimper sur l’asphalte ou le gravier fin sur des skis à roulette n’a vraiment rien à voir avec grimper sur une neige froide et abrasive… avec en plus des skis trop longs et probablement mal fartés.  J’étais surchauffé en “ta…” et je suis à peine retourné au chalet après un petit 4 km de galère!  Heureusement j’aurai 3h de route au retour pour regarder et analyser des vidéos de technique de grimpe en pas de patin, dont celle-ci que j’ai beaucoup appréciée avec son animateur … très animé:

En classique ça allait beaucoup mieux.  La glisse n’était encore pas trop au rendez-vous mais ça kickait super fort! J’ai failli faire la grande boucle de la 13-14 car je commençais à avoir très faim, donc j’ai coupé court par la 14A.

Mais elles sont comment les pistes?  Euh… comme c’est un établissement de la Sépaq, tout est très bien tracé, en double partout – du ski d’autoroute, on dirait.  Et comme c’est une Sépaq, tout est aussi plutôt facile.  Rien de très excitant ou en montée ou en descente.  Le parc du Mont Saint-Bruno est beaucoup plus amusant côté terrain.  L’attrait du Camp Mercier est d’abord la grosse neige partout, dans une vrai forêt boréale, car on est au-delà de 800m d’altitude pour la plupart.  On a même eu droit à une paire de geais gris qui se tenaient près du relais le Mésange (dont le nom…) et qui volaient des morceaux de barre tendre aux mains des skieurs!  Mais l’autre atout de ce centre est que, comme au parc du Mont-Tremblant, les sentiers sont aménagés en de très longues boucles, qui permettent de faire 20km ou plus d’un seul tour.  Malheureusement, j’ai été trop bunké pour faire plus que 26km total, qui donne un peu la sensation d’avoir gaspillé toute cette belle neige.

DSC_2399.jpg

Ce point de vue vous est présenté par Hydro-Québec

Ça bouffe toute la journée et même un peu de la nuit faire une sortie de même, alors j’aurais peut-être mieux fait juste d’aller au mont Saint-Bruno, ce que j’ai fini par faire le lendemain…  Lorsque les jours deviennent plus longs en janvier et les jambes sont plus aptes à faire 40-50km d’un coup je pense peut-être revenir et faire l’aller-retour à la Forêt Montmorency, car je n’ai aucune envie de refaire mon exploit de 80km sur le P’tit Train du Nord cette saison!

Advertisements